Piratage, Google a retiré des millions de pages Web de son moteur en 2014

Piratage, Google a retiré des millions de pages Web de son moteur en 2014

En 2014, Google a reçu plus de 345 millions de demandes de retrait de pages Web de son moteur de recherche au nom du droit d’auteur. C’est 75% de plus qu’en 2012 et cela devrait encore s’accélérer en 2015.

Selon les données compilées par Torrent Freak et extraites des rapports de transparence de la firme, Google a reçu l’année passée environ 345 millions de demandes de retrait de pages Web de son moteur de recherche. Des requêtes DMCA dans la grande majorité des cas satisfaites par Google qui procède donc à leur déréférencement.

Moins de 100 millions de demandes en 2012

Et si le nombre de ces demandes est élevé, il est aussi en très forte croissance sur un an, de l’ordre de 75%. La tendance n’est pas nouvelle, même si l’inflation du nombre de demandes de retrait est plus forte ces dernières années.

 En mai 2012, Google recevait moins d’un million de requêtes DMCA par semaine de la part des ayants droit. En 2014, ce rythme a atteint puis dépassé les 6 millions par semaine. Une inflation à laquelle participe largement l’industrie musicale britannique qui au travers de la BPI représente plus de 60 millions des demandes de retrait adressées à Google en 2014, soit 17% du total.

Quant aux domaines les plus ciblés par ces accusations de violation du droit d’auteur, il s’agit, d’après TorrentFreak, de 4shared.com, rapidgator.net et uploaded.net, visés chacun par 5 millions de requêtes.

Source : ZD Net

La voiture sans chauffeur de Google 100% opérationnelle

La version finalisée de la voiture autonome de Google sera d’abord testée sur un circuit d’essai, puis dans le nord de la Californie en 2015. Des partenaires  industriels devraient aider la firme à concrétiser son projet.

La Google Car de Google  a un style arrondi qui semble être inspiré par la Beetle de Volkswagen, si ce n'est qu'elle est truffée de logiciels et de capteurs. Crédit: D.R

La Google Car de Google a un style arrondi qui semble être inspiré par la Beetle de Volkswagen, si ce n’est qu’elle est truffée de logiciels et de capteurs. Crédit: D.R

La version finalisée de la voiture autonome de Google sera d’abord testée sur un circuit d’essai, puis dans le nord de la Californie en 2015. Des partenaires  industriels devraient aider la firme à concrétiser son projet.

Google vient de présenter une version finalisée de son projet « Self-Driving Cars »  de voiture se conduisant toute seule. Bien que la firme a donné peu de détails sur les modifications apportées au cours des 7 derniers mois à son premier prototype, il semble que la version finalisée soit (heureusement) équipée de phares qui fonctionnent et de capteurs LIDAR (LIight Detection And Ranging) sur son toit. Pour autant, cette citadine de deux places ressemble toujours à un jouet. En mai, Google avait indiqué qu’elle ambitionnait de construire une centaine de ce prototypes et de démarrer un petit programme pilote en Californie au cours des prochaines années.

« Nous avons travaillé sur différents concepts de prototypes, chacun étant conçu pour tester différents systèmes d’une voiture sans chauffeur, comme par exemple les composants typiques d’un véhicule tels que la direction et le freinage, ainsi que les pièces pour l’auto-conduite, comme l’ordinateur et  les capteurs », a indiqué Google dans un billet de blog. En outre, le style arrondi de ce véhicule connecté qui semble être inspiré par la Beetle de Volkswagen est partiellement dû à ces capteurs.

Source : Le monde informatique

L’impression 3D à la portée de tous

L’impression 3D à la portée de tous.

La copie numérique va devenir beaucoup plus facile avec les imprimantes 3D.

Savez-vous que pour la conception de l’avion 787 Dreamliner de Boeing, plus de 30 types de pièces ont été réalisés avec une imprimante 3D. De même chez le concurrent Airbus, on utilise massivement cette technologie pour concevoir les avions. Bien sûr, ces deux poids lourds de l’industrie utilisent des machines coûteuses et complexes mais ils participent indirectement à la démocratisation de ce marché de l’impression 3D. Selon le cabinet d’études Gartner, il devrait se vendre, en 2013,  56 500 imprimantes 3D (à – de 100 000 € l’unité) dans le monde toutes cibles confondues (professionnelle et grand public). Pour la nouvelle année, le marché des imprimantes 3D devrait progresser de 75%.

Sources : Le monde Informatique

La multiplication des objets connectés

La multiplication des objets connectés

Une véritable bataille se prépare entre Samsung, Apple et Google sur le marché des montres connectées.

80 milliards d’objets seront connectés dans le monde à l’Internet en 2020 projette l’institut Idate. Les voitures connectées, les robots, les vêtements munis de capteurs intelligents, les appareils électroménagers, le mobilier urbain, les drones, les puces, etc, la multiplication de tous ces objets connectés à l’Internet viendront s’ajouter à nos smartphones, nos tablettes et nos différents terminaux personnels et professionnels. Et soyez en sûr, certains de ces objets seront massivement utilisés dans l’entreprise, un casse-tête de plus pour les services informatiques. Prenons l’exemple des montres où le marché attend dès 2014 une véritable bataille entre la Galaxy Gear de Samsung et l’iWatc…

Sources : Le monde informatique