Inbox de Google

Nouvelle interface de visualisation et de gestion de sa messagerie Gmail.

Google présente une nouvelle interface de visualisation et de gestion de sa messagerie Gmail censé aider aux traitements des mails.

Certainement entreprises essayent de l’éradiquer (La politique du zero-mail chez Atos en une infographie) mais dans la grande majorité des cas on ne peut plus s’en passer, que ce soit au niveau professionnel ou personnel. Il est vrai que la messagerie électronique dont les fondements remontent aux débuts de l’informatique n’avait pas été conçus pour les utilisations d’aujourd’hui. D’une logiciel dépouillé permettant à un nombre limité d’utilisateurs professionnels de communiquer avec des proches devant son poste de travail à une application permettant à tous d’échanger en tous moments avec la terre entière grâce un terminal que l’on possède dans sa poche, la messagerie électronique a vu son utilisation évoluée considérablement. Malgré, le mail reste une des toutes premières applications utilisée au quotidien. Et lire, traiter et répondre à une centaine de mails ou plus devient assez contre-productif et en tous cas prend beaucoup de temps. D’autant que peu d’entreprises ont mis en place des bonnes pratiques de l’outil de telle sorte que son utilisation n’est pas toujours optimale.

Devant ce constat qui devrait emporter une assez grande adhésion, que fait-on ? Au-delà du changement d’utilisation, les fournisseurs de messagerie travaillent à améliorer l’application elle-même. C’est le cas de Google qui propose Inbox, une nouvelle interface apporte de l’intelligence afin de pallier les manques et de trouver des solutions aux problèmes qui ne manquent pas de se poser. Inbox ne remplacera pas l’interface classique de la messagerie et sera donc proposé comme une option. Google avait pu constater les réserves des utilisateurs devant les légers changements apportés l’année dernière notamment avec l’apparition des catégories (principale, réseaux sociaux, promotions…). Le choix du nom Inbox (boite entrante) n’est pas sans faire penser à celui de Windows de Microsoft. Inbox entend aller plus loin que des applications comme Unroll.me, Mailbox rachetée récemment par DropBox ou des dizaines d’autres destinées à faciliter l’utilisation de la messagerie. .

Inbox s’inscrit dans une démarche qu’ont déjà empruntée Apple avec Siri et Microsoft avec Cortana en proposant des assistants personnels. Parmi les fonctions proposées, Inbox permet de classer les mails par catégorie et par thème, en particulier regrouper toutes les factures, relevés bancaires facilitant ainsi leur consultation. Mais ces catégories ne sont pas figées, peuvent être définies par l’utilisateur. Inbox a été conçu comme un système apprenant qui doit s’adapter à l’utilisateur et comprendre sa manière de travailler. Ce n’est pas à l’utilisateur de s’adapter à son application mais bien l’inverse.

Autre fonctionnalité, Inbox ne transfère pas passivement le message mais tente d’envoyer l’information. Google donne l’exemple d’une confirmation de vol. Au lieu de présenter en priorité le mail de la compagnie aérienne indiquant que la réservation a bien été prise en compte Inbox peut mettre en avant les informations les plus récentes concernant le vol et ses conditions. Dans le cas d’un mail incluant d’une pièce attachée – documents ou photos – c’est cette dernière qui est mise en avant et non le cœur de message. La nouvelle interface inclut également une « to do list » active qui ne se contente pas de vous rappeler les choses à faire mais va plus loin en faisant les premières recherches sur le poste de travail ou Internet comme par exemple fournir les numéros de téléphone ou la localisation sur une carte. Google a pris en compte la notion de géolocalisation puisque l’utilisation de la messagerie passe de plus en plus par le mobile. Inbox est synchronisé avec les autres applications du poste de travail ou les apps du mobile (Agenda, Maps, Google Now…).

Inbox a été développé pour le Web avec le navigateur Chrome et sur smartphone sous Android (à partir de la version 4.1) et iOS (7 et au-delà). La présentation quitte le simple empilement de mails et emprunte aux applications mobiles et réseaux sociaux. Ce qui pourra dérouter les utilisateurs. Pour l’heure, Inbox est disponible uniquement sur invitation (via inbox@google.com). On évalue le nombre d’utilisateur de Gmail entre 400 et 500 millions.

Sources : News Informatique

Microsoft Office 16

Microsoft Office 16 taillé pour le tactile et Android.

La suite bureautique de Microsoft, Office 16, devrait être déclinée en versions Android et tactile Crédit: D.R

La suite bureautique de Microsoft, Office 16, devrait être déclinée en versions Android et tactile Crédit: D.R

La bêta publique d’Office 16, la suite bureautique de Microsoft, devrait arriver bientôt, suivie d’une déclinaison pour Android et d’une version tactile.  Certains indices évoquent également la présence de l’assistant Tell Me apparu sur les Office Web Apps.

En attendant Office 16 qui devrait être lancée par Microsoft en avril 2015, on pourrait disposer sous peu d’une bêta publique de cette version de la suite bureautique. Selon Mary Jo Foley, de ZDNet, elle pourrait même arriver à tout moment à partir de maintenant. L’éditeur pourrait aussi lancer une déclinaison d’Office pour les tablettes Android dans deux mois et proposer une version tactile sur le Windows Store au printemps. Microsoft fournit couramment des bêtas publiques. Il a récemment livré une « technical Preview » de Windows 10 et fait précédemment de même avec les versions d’Office successives. La prochaine version de la suite bureautique serait actuellement testée en mode privé.

Une interface ombrée

Sur les fonctions proposées par Office 16, certains indices ont déjà évoqué la présence de l’assistant Tell Me qui est apparu sur les Office Web Apps cette année. Il permet aux utilisateurs de chercher rapidement des options et paramètres d’installation. Il pourrait aussi s’y trouver une interface optionnelle ombrée pour Word, la possibilité de télécharger moins de jours de courriers électroniques dans Outlook et plusieurs autres modifications. Globalement, cette version ressemble à une mise à jour incrémentale, quoiqu’il soit possible que Microsoft garde sous le coude quelques améliorations plus importantes.

Quoiqu’il en soit, cet agenda sur la supposée sortie d’Office16 fait partie du cap pris par la firme de Redmond qui lance des nouvelles versions de sa suite bureautique sur un cycle d’environ deux an et demi depuis 2007. Toutefois, comme l’éditeur vante maintenant les cycles de mise à jour rapides, on peut se demander si son ancienne politique n’est pas en train d’évoluer. MJ Foley souligne notamment l’unification des versions d’Office sur une base de code partagée, ce qui favoriserait des évolutions plus rapides.

Source : Le monde informatique